Размер:
Цвет:
Флаг автономного округа-Югры

Artisanat et métiers traditionnels des peuples autochtones du Nord

La culture des Ougriens d'Ob s'est développée environ vers les XIVe-XVIe siècles. Jusque-là, les russes appelaient le territoire d'habitat traditionnel des Ougriens et les habitants eux-mêmes « Iougra ».

Les tribus parlant les langues ougriennes ont constitué une base pour l'évolution des peuples de Khantys et Mansis. L'un des métiers anciens des peuples autochtones du Nord était la broderie – la décoration ou l'ornementation par des fils de lin, de coton, de laine, de soie ou de métal, ainsi que par des crins, des perles, des monnaies, etc. sur divers types de tissu, cuir ou feutre. Les coiffes de mariage, les bandeaux, les décorations de tresses, les détails de vêtements (le col, les lèvres, les manches, les poignets) étaient décorés de perles colorées. Ce n'était pas un matériau traditionnel pour les Ougriens d'Ob. Des perles ont été importées à Iougra en grandes quantités en échange de fourrures, de poisson et de noix de cèdre de la Bulgarie de la Volga. Le costume traditionnel d'hiver était décoré d'un ornement de fourrure en mosaïque. Les bandes décorées étaient enroulées et souvent gardées pendant plusieurs années avant de devenir une partie d'un costume.

Les Ougriens d'Ouest et du Nord étaient des sculpteurs d'os qualifiés. Ils utilisaient des bois de renne et d'élan, rarement des os de mammouth, qu'ils trouvaient enfouis dans le sol ou échangeaient contre d'autres marchandises. Ils fabriquaient des attaches en os pour les tendons, les ornaient de points, d'anneaux et de lignes de triangles fermés.

L'écorce de bouleau était un autre matériau populaire pour la fabrication d'articles de ménage : des cuillères, des seaux, des boîtes pour le stockage des produits secs et des ouvrages (des boîtes ronds et rectangulaires), des petits coffres, des bols-tchoumans rectangulaires et des grands paniers à dos. Le bois était utilisé pour fabriquer des auges pour le poisson et la viande, des cuillères, des cométiques, des bâtons d'éleveurs de rennes, des batteurs à neige et à poussière, des jouets pour enfants, des instruments de musique, des rames, des pirogues et des caïques décorés d'images d'oiseaux et d'animaux. Certains bateaux avaient un toit en écorce de bouleau. Il y avait aussi des barques entièrement en écorce de bouleau.

Les Khantys et les Mansis ont érigé des « clôtures » et ont conduit les animaux dans des « pièges à fosse ». Ils chassaient également les oiseaux de forêt et d'eau. La cueillette était courante sur tout le territoire. Dans les régions du bas Ob, les Khantys du Nord pratiquait l'élevage de rennes.

Les traits caractéristiques de la religion des Ougriens étaient l'animisme et le fétichisme. Le culte des arbres « sacrificiels » dont les branches étaient décorées d'argent, d'or et de soie était largement répandu. Lorsqu'un ours était tué, un rituel spécial était accompli et un serment fait sur la peau de l'ours était considéré comme particulièrement sacré. Chaque « iourte » (famille) avait leurs propres « idoles spéciales » – des divinités et des fétiches domestiques. Il y avait aussi des divinités communes respectés par toute la tribu, voire plusieurs tribus. Leurs images ont été gardés dans des centres religieux spéciaux – à Belogorie, dans la région de Sosva et ailleurs.

Ces dernières années, l'intérêt des habitants d'Iougra pour le métier d'art, les techniques de confection de vêtements traditionnels des ougriens d'Ob a augmenté : le tissage de perles, le tricotage, la confection de vêtements traditionnels, le travail du bois et de l'écorce de bouleau. L'intérêt accru pour les métiers d'art nationaux des peuples autochtones du Nord est lié à leur promotion au niveau de l'État. Iougra organise divers événements axés sur l'artisanat indigène. Par exemple, le VIIIe Festival international de l'artisanat des peuples autochtones du monde « Iougra-2014 » a eu lieux du 10 au 14 juin 2014 sur le territoire du centre historique et culturel « Vieux Sourgout ». 416 personnes y ont participé et plus de 19 000 personnes de 17 régions de Russie et de 7 pays étrangers ont visité le Festival en deux étapes : des chercheurs, des ethnographes, des historiens de l'art, des spécialistes des études culturelles, des historiens, des maîtres d'art populaires.

 Les arts et les métiers d'ougriens ont contribué à préserver les éléments de l'ancienne culture païenne, en mettant l'accent sur les relations étroites des peuples indigènes avec la nature qui sont préservées à ce jour.